Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Calendrier
Présentation du Comité
 ↑  
Nouvelles des Clubs et liens
Nous contacter
Visites

 919886 visiteurs

 37 visiteurs en ligne

Nouveautés du site
(depuis 14 jours)
Les 3 dernières nouvelles
Le titre mondial pour Sébastien Peineau - par webmestre le 22/10/2017 06:17

Le titre mondial pour Sébastien Peineau, Pierre-Julien Deloche au pied du podium. Une journée exceptionnelle pour l’équipe de France sur ces finales arc à poulies à Mexico. La première Marseillaise de ce mondial pour les Bleus.

Historique !! Pour la première fois, la France dispose d’un champion du Monde masculin de tir en extérieur. Sébastien Peineau aura connu une saison compliquée avec une blessure qui l’a privé de salle cet hiver. Un retour tardif à son meilleur niveau, mais quelle fin ! Un podium qui aurait même pu compter deux Français, mais l’Américain Braden Gallenthien vainqueur de Pierre-Julien Deloche en petite-finale en a décidé autrement.

Ces résultats marquent le retour au plus haut niveau de deux champions d’exception. Deux anciens numéros un mondiaux (Pierre Julien Deloche fin 2013 à mi 2015) (Sébastien Peineau fin 2015 mi 2016) au sommet de leur art cette semaine à Mexico. 

Sébastien Peineau Finale Or – Un duel de titan qui aura tenu ses promesses entre Sébastien Peineau, Champion du Monde en titre en salle (2016), ex n°1 mondial et l’actuel n°1 mondial Stephan Hansen, champion du Monde extérieur en titre (2015). Un duel qui a tourné à l’avantage du Français.

Dès l’entame de match Peineau a mis la barre haute, prenant l’avantage sur un Stephan Hansen en-dessous de ce qu’il a produit en éliminatoires. Le tricolore est parvenu à maintenir 1 à 2 points d’avance sur son adversaire jusqu’à la dernière flèche qui aurait pu tout faire basculer. Il suffisait d’un 10 à Peineau pour remporter son deuxième titre mondial, mais le Français lâchait un 9, qui emmenait les deux hommes à disputer un barrage 143 à 143 points.

Un barrage qui a tourné en faveur du Français qui s’impose avec un 10, plus proche que celui de son adversaire et qui lui offre la plus haute marche du podium.

Pierre-Julien Deloche Finale Bronze – Entre Pierre-Julien Deloche et l’Américain Braden Gellenthien c’est presque une histoire d’amour. Les deux hommes se sont déjà affrontés à trois reprises cette saison en Coupe du monde avec 2 victoires à 1 en faveur de Gellenthien avant cette finale bronze. Malheureusement, cette quatrième rencontre de la saison n’a pas été favorable au Français. Un cran en dessous de son adversaire, Deloche n’est pas parvenu à remonter son retard et s’incline 147 à 143 points dans cette finale pour la médaille de bronze. 

Réaction : Sébastien Peineau – Champion du monde arc à poulies
« Je ne me suis pas trop entraîné avant la finale. J’ai dû tirer une quarantaine de flèches, cinquante maximums. Les sensations étaient bien, la pression commençait à monter. En arrivant sur le terrain, j’avais la pression, les mains tremblaient, le viseur il y avait une belle houle en visée et c’était compliqué. J’ai su rester engagé et dynamique dans mon arc. J’ai eu deux points d’avance puis un avant ce neuf à la dernière flèche. J’ai eu un peu de déception au début, mais je me suis recentré pour le barrage. Cette flèche de barrage, j’étais un peu plus long que d’habitude, elle est partie quand j’étais à peu près au milieu. Après il n’y avait plus qu’à attendre que Stephan Hansen tire sa flèche. Et j’ai enfin pu éclater quand j’ai vu que la mienne était la plus proche du centre. C’est énorme. Ce doublé salle/extérieur, il va falloir un peu de temps pour réaliser mais je suis extrêmement satisfait et je vais savourer. »

Aurore Trayan – Coach de l’équipe de France arc à poulies
« Depuis la demi-finale, Pierre-Julien à bénéficier du mixte pour se remettre dedans. Il était plus confiant en arrivant aujourd’hui sur le terrain. Quand on a commencé l’échauffement, Sébastien s’est senti très vite en forme, bien dans ses sensations. Du coup, il ne s’est pas trop entraîné. Il a gardé du jus pour son match. Pierre-Julien, c’était un peu plus compliqué. Il avait du mal à trouver ses marques, il ne se sentait pas vraiment bien. Il a abordé le match, je pense avec le bon état d’esprit, mais pas suffisamment en confiance pour que ça passe. C’est dommage parce qu’il aurait pu faire un peu plus sur ce match même si en face Braden a très bien tiré et que le scénario n’aurait peut-être pas été différent. Sébastien, il est très bien entré dans son match avec des bonnes flèches. Après, il a subi un peu la pression, il a été un peu trop speed, il y a des flèches qui sont sorties, mais il est vraiment resté engagé, positif et déterminé. C’est ce qui lui permet d’aller au bout de ce match. Après sa dernière flèche dans le 9, il s’est très vite remis dedans sur son barrage et il est allé chercher ce 10.
En tant que coach, c’est mon premier championnat, quand je suis partie, je m’étais dit une arène se sera déjà bien. Là, avec une petite-finale, et une finale gagnée en arc à poulies hommes, c’est génial. »

Lire la suite Lire la suite

Le titre mondial pour Sébastien Peineau, Pierre-Julien Deloche au pied du podium. Une journée exceptionnelle pour l’équipe de France sur ces finales arc à poulies à Mexico. La première Marseillaise de ce mondial pour les Bleus.

Historique !! Pour la première fois, la France dispose d’un champion du Monde masculin de tir en extérieur. Sébastien Peineau aura connu une saison compliquée avec une blessure qui l’a privé de salle cet hiver. Un retour tardif à son meilleur niveau, mais quelle fin ! Un podium qui aurait même pu compter deux Français, mais l’Américain Braden Gallenthien vainqueur de Pierre-Julien Deloche en petite-finale en a décidé autrement.

Ces résultats marquent le retour au plus haut niveau de deux champions d’exception. Deux anciens numéros un mondiaux (Pierre Julien Deloche fin 2013 à mi 2015) (Sébastien Peineau fin 2015 mi 2016) au sommet de leur art cette semaine à Mexico. 

Sébastien Peineau Finale Or – Un duel de titan qui aura tenu ses promesses entre Sébastien Peineau, Champion du Monde en titre en salle (2016), ex n°1 mondial et l’actuel n°1 mondial Stephan Hansen, champion du Monde extérieur en titre (2015). Un duel qui a tourné à l’avantage du Français.

Dès l’entame de match Peineau a mis la barre haute, prenant l’avantage sur un Stephan Hansen en-dessous de ce qu’il a produit en éliminatoires. Le tricolore est parvenu à maintenir 1 à 2 points d’avance sur son adversaire jusqu’à la dernière flèche qui aurait pu tout faire basculer. Il suffisait d’un 10 à Peineau pour remporter son deuxième titre mondial, mais le Français lâchait un 9, qui emmenait les deux hommes à disputer un barrage 143 à 143 points.

Un barrage qui a tourné en faveur du Français qui s’impose avec un 10, plus proche que celui de son adversaire et qui lui offre la plus haute marche du podium.

Pierre-Julien Deloche Finale Bronze – Entre Pierre-Julien Deloche et l’Américain Braden Gellenthien c’est presque une histoire d’amour. Les deux hommes se sont déjà affrontés à trois reprises cette saison en Coupe du monde avec 2 victoires à 1 en faveur de Gellenthien avant cette finale bronze. Malheureusement, cette quatrième rencontre de la saison n’a pas été favorable au Français. Un cran en dessous de son adversaire, Deloche n’est pas parvenu à remonter son retard et s’incline 147 à 143 points dans cette finale pour la médaille de bronze. 

Réaction : Sébastien Peineau – Champion du monde arc à poulies
« Je ne me suis pas trop entraîné avant la finale. J’ai dû tirer une quarantaine de flèches, cinquante maximums. Les sensations étaient bien, la pression commençait à monter. En arrivant sur le terrain, j’avais la pression, les mains tremblaient, le viseur il y avait une belle houle en visée et c’était compliqué. J’ai su rester engagé et dynamique dans mon arc. J’ai eu deux points d’avance puis un avant ce neuf à la dernière flèche. J’ai eu un peu de déception au début, mais je me suis recentré pour le barrage. Cette flèche de barrage, j’étais un peu plus long que d’habitude, elle est partie quand j’étais à peu près au milieu. Après il n’y avait plus qu’à attendre que Stephan Hansen tire sa flèche. Et j’ai enfin pu éclater quand j’ai vu que la mienne était la plus proche du centre. C’est énorme. Ce doublé salle/extérieur, il va falloir un peu de temps pour réaliser mais je suis extrêmement satisfait et je vais savourer. »

Aurore Trayan – Coach de l’équipe de France arc à poulies
« Depuis la demi-finale, Pierre-Julien à bénéficier du mixte pour se remettre dedans. Il était plus confiant en arrivant aujourd’hui sur le terrain. Quand on a commencé l’échauffement, Sébastien s’est senti très vite en forme, bien dans ses sensations. Du coup, il ne s’est pas trop entraîné. Il a gardé du jus pour son match. Pierre-Julien, c’était un peu plus compliqué. Il avait du mal à trouver ses marques, il ne se sentait pas vraiment bien. Il a abordé le match, je pense avec le bon état d’esprit, mais pas suffisamment en confiance pour que ça passe. C’est dommage parce qu’il aurait pu faire un peu plus sur ce match même si en face Braden a très bien tiré et que le scénario n’aurait peut-être pas été différent. Sébastien, il est très bien entré dans son match avec des bonnes flèches. Après, il a subi un peu la pression, il a été un peu trop speed, il y a des flèches qui sont sorties, mais il est vraiment resté engagé, positif et déterminé. C’est ce qui lui permet d’aller au bout de ce match. Après sa dernière flèche dans le 9, il s’est très vite remis dedans sur son barrage et il est allé chercher ce 10.
En tant que coach, c’est mon premier championnat, quand je suis partie, je m’étais dit une arène se sera déjà bien. Là, avec une petite-finale, et une finale gagnée en arc à poulies hommes, c’est génial. »

Fermer Fermer


L’équipe masculine arc classique en finale - par webmestre le 18/10/2017 16:29

L’équipe de France hommes arc classique s’est qualifiée ce mardi pour la finale du championnat du Monde à Mexico (Mexique). Les Bleus retrouveront l’Italie en finale ce dimanche 22 octobre.

Pour la quatrième fois sur les cinq derniers championnats du Monde, l’équipe de France masculine montera sur le podium. L’après-midi n’a pas été de tout repos pour Thomas Chirault, Jean-Charles Valladont et Pierre Plihon qui s’imposent successivement en barrage face au Japon 30-29, face à l’Allemagne 5-1 et contre le Canada en 1/2 sur un tir de barrage 29-27.

Malgré un tir de qualification mal négocié ce lundi, les Bleus, 15ème par équipe, rencontraient dès le premier tour l’équipe du Japon, 2ème. Dans la lignée de leur victoire par équipe en Coupe du Monde à Berlin, les tricolores ont débuté fort. Ils ont mené le match 4-0 avant de se faire rejoindre à 4-4 et de disputer un tir de barrage. Un barrage de haut vol, les Français finissent par s’imposer avec un superbe 30 points sur 30 contre 29 points pour leurs adversaires.

En quart de finale, les Bleus ont bien mené le match face aux Allemands, tombeurs de la Chine en 1/8ème. Après un premier set partagé, l’équipe de France a pris le large pour s’imposer 5-1.

La demi-finale était synonyme de podium assuré sur ce championnat du Monde. Un enjeu toujours difficile à gérer. Le match face au Canada s’est révélé très serré entre les deux équipes. Les Bleus ont commencé par prendre l’avantage 2-0 avant que les Canadiens ne reviennent à 2 points set partout. Une troisième et une quatrième volée à égalité (4-4) ont contraint les deux équipes à disputer un tir de barrage. Une situation que les Français semblent désormais bien maîtriser puisqu’ils s’imposent pour la deuxième fois de la journée avec 29 points contre 27 pour leurs adversaires.

Après l’argent à Ulsan (Corée du Sud) en 2009, l’argent à Turin (Italie) en 2011 et le bronze à Belek (Turquie) en 2013, les Bleus se sont qualifiés une fois de plus pour la finale des championnats du Monde. Ils seront opposés ce dimanche 22 octobre à l’Italie aux alentours de 12h15 (19h15 heure française).

De son côté, l’équipe féminine s’est inclinée en 1/8ème de finale face à l’Ukraine. Un match bien géré par les Françaises qui perdent en flèche de barrage 28 à 25. Menées sur le premier set 0-2, les Bleues sont ensuite revenues à 2-2 avant de céder un set à leur adversaire (2-4) puis de remonter à nouveau au score (4-4) pour aller chercher ce barrage.

Réactions
Jean-Charles Valladont

"On était loin derrière aux qualifications, mais on sait que ce n’est pas très important. On a déjà été dans la situation inverse, bien sur les qualifications et on n’a pas gagné pour autant. Sur un championnat du Monde, les 16 équipes ont les moyens de gagner. Le niveau est très dense et notre 15ème place en qualification ne nous a pas du tout mis hors course. On est parvenus à créer une belle équipe où chacun parvient à soutenir ses coéquipiers, on tire tous ensemble pour l’équipe et ça crée une certaine émulation.

Après l’équipe de France à une histoire en championnat du monde. Depuis 2009, c’est quatre médailles en cinq championnats. Il manque l’or au palmarès. L’équipe est solide et on peut aller prendre l’Italie. Ce n’est pas la Corée, mais il faudra être sur la même optique qu’aujourd’hui pour l’emporter."

Thomas Chirault
"Les qualifications ont été difficiles. On est quand même parvenus à passer le cut et c’était le principal. On savait qu’aujourd’hui c’était un autre jour, on savait ce que chacun devait faire pour mettre les choses en ordre. C’était tendu dès le début contre le Japon, mais on sort un bon match avec un barrage à 30. Il fallait le faire, ce n’est pas évident.
Pour l’instant, les statistiques sont plutôt bonnes. Nous sommes à 100% de victoires avec cette équipe depuis Berlin donc on ne peut aller que jusqu’au bout.
"

Pierre Plihon
"La journée a été plutôt bonne. Après des qualifications pas au mieux, on a su se remobiliser pour aller chercher ce résultat. Cette équipe marche bien, on a échangé avant de commencer sur comment aborder le vent entre nous, comment remédier aux erreurs que l’on a pu faire en qualifications. On s’est nourri chacun les uns des autres. L’entraînement le matin nous a permis de reprendre confiance en nous et c’est important notamment sur les barrages ou il faut tout donner sur une flèche."

Marc Dellenbach
"Les filles ont fait un super match, je suis vraiment content pour elles. Il y a de la frustration parce qu’elles auraient mérité d’aller sur le tour d’après. Je pense que c’est très constructif pour la suite. Là, il y avait Noémie et Laura qui revenait d’un long break, mais c’est prometteur pour la suite.
Pour les garçons, c’est à l’image de ce qu’ils ont pu produire cette saison. Nous étions déçus des qualifications, mais en même temps, on savait qu’on était capable de battre toutes les équipes. C’est un beau cadeau pour mon dernier championnat du Monde et j’espère que ce sera pour l’or cette fois-ci.
Les premiers matchs, c’est toujours difficile parce qu’on redémarre une nouvelle compétition. On restait sur une victoire face aux Japonais. On a eu un bon début, on fait 4-0 puis les Japonais ont bien tiré, ils reviennent dans le match. Derrière, on fait deux gros barrages avec un 30 en 1/8ème face au Japonais et par la suite en ½ contre le Canada, 29. Ils avaient la volonté de réussir ensemble pour montrer qu’ils étaient à leur meilleur niveau.
"

Source FFTA.FR

Lire la suite Lire la suite

L’équipe de France hommes arc classique s’est qualifiée ce mardi pour la finale du championnat du Monde à Mexico (Mexique). Les Bleus retrouveront l’Italie en finale ce dimanche 22 octobre.

Pour la quatrième fois sur les cinq derniers championnats du Monde, l’équipe de France masculine montera sur le podium. L’après-midi n’a pas été de tout repos pour Thomas Chirault, Jean-Charles Valladont et Pierre Plihon qui s’imposent successivement en barrage face au Japon 30-29, face à l’Allemagne 5-1 et contre le Canada en 1/2 sur un tir de barrage 29-27.

Malgré un tir de qualification mal négocié ce lundi, les Bleus, 15ème par équipe, rencontraient dès le premier tour l’équipe du Japon, 2ème. Dans la lignée de leur victoire par équipe en Coupe du Monde à Berlin, les tricolores ont débuté fort. Ils ont mené le match 4-0 avant de se faire rejoindre à 4-4 et de disputer un tir de barrage. Un barrage de haut vol, les Français finissent par s’imposer avec un superbe 30 points sur 30 contre 29 points pour leurs adversaires.

En quart de finale, les Bleus ont bien mené le match face aux Allemands, tombeurs de la Chine en 1/8ème. Après un premier set partagé, l’équipe de France a pris le large pour s’imposer 5-1.

La demi-finale était synonyme de podium assuré sur ce championnat du Monde. Un enjeu toujours difficile à gérer. Le match face au Canada s’est révélé très serré entre les deux équipes. Les Bleus ont commencé par prendre l’avantage 2-0 avant que les Canadiens ne reviennent à 2 points set partout. Une troisième et une quatrième volée à égalité (4-4) ont contraint les deux équipes à disputer un tir de barrage. Une situation que les Français semblent désormais bien maîtriser puisqu’ils s’imposent pour la deuxième fois de la journée avec 29 points contre 27 pour leurs adversaires.

Après l’argent à Ulsan (Corée du Sud) en 2009, l’argent à Turin (Italie) en 2011 et le bronze à Belek (Turquie) en 2013, les Bleus se sont qualifiés une fois de plus pour la finale des championnats du Monde. Ils seront opposés ce dimanche 22 octobre à l’Italie aux alentours de 12h15 (19h15 heure française).

De son côté, l’équipe féminine s’est inclinée en 1/8ème de finale face à l’Ukraine. Un match bien géré par les Françaises qui perdent en flèche de barrage 28 à 25. Menées sur le premier set 0-2, les Bleues sont ensuite revenues à 2-2 avant de céder un set à leur adversaire (2-4) puis de remonter à nouveau au score (4-4) pour aller chercher ce barrage.

Réactions
Jean-Charles Valladont

"On était loin derrière aux qualifications, mais on sait que ce n’est pas très important. On a déjà été dans la situation inverse, bien sur les qualifications et on n’a pas gagné pour autant. Sur un championnat du Monde, les 16 équipes ont les moyens de gagner. Le niveau est très dense et notre 15ème place en qualification ne nous a pas du tout mis hors course. On est parvenus à créer une belle équipe où chacun parvient à soutenir ses coéquipiers, on tire tous ensemble pour l’équipe et ça crée une certaine émulation.

Après l’équipe de France à une histoire en championnat du monde. Depuis 2009, c’est quatre médailles en cinq championnats. Il manque l’or au palmarès. L’équipe est solide et on peut aller prendre l’Italie. Ce n’est pas la Corée, mais il faudra être sur la même optique qu’aujourd’hui pour l’emporter."

Thomas Chirault
"Les qualifications ont été difficiles. On est quand même parvenus à passer le cut et c’était le principal. On savait qu’aujourd’hui c’était un autre jour, on savait ce que chacun devait faire pour mettre les choses en ordre. C’était tendu dès le début contre le Japon, mais on sort un bon match avec un barrage à 30. Il fallait le faire, ce n’est pas évident.
Pour l’instant, les statistiques sont plutôt bonnes. Nous sommes à 100% de victoires avec cette équipe depuis Berlin donc on ne peut aller que jusqu’au bout.
"

Pierre Plihon
"La journée a été plutôt bonne. Après des qualifications pas au mieux, on a su se remobiliser pour aller chercher ce résultat. Cette équipe marche bien, on a échangé avant de commencer sur comment aborder le vent entre nous, comment remédier aux erreurs que l’on a pu faire en qualifications. On s’est nourri chacun les uns des autres. L’entraînement le matin nous a permis de reprendre confiance en nous et c’est important notamment sur les barrages ou il faut tout donner sur une flèche."

Marc Dellenbach
"Les filles ont fait un super match, je suis vraiment content pour elles. Il y a de la frustration parce qu’elles auraient mérité d’aller sur le tour d’après. Je pense que c’est très constructif pour la suite. Là, il y avait Noémie et Laura qui revenait d’un long break, mais c’est prometteur pour la suite.
Pour les garçons, c’est à l’image de ce qu’ils ont pu produire cette saison. Nous étions déçus des qualifications, mais en même temps, on savait qu’on était capable de battre toutes les équipes. C’est un beau cadeau pour mon dernier championnat du Monde et j’espère que ce sera pour l’or cette fois-ci.
Les premiers matchs, c’est toujours difficile parce qu’on redémarre une nouvelle compétition. On restait sur une victoire face aux Japonais. On a eu un bon début, on fait 4-0 puis les Japonais ont bien tiré, ils reviennent dans le match. Derrière, on fait deux gros barrages avec un 30 en 1/8ème face au Japonais et par la suite en ½ contre le Canada, 29. Ils avaient la volonté de réussir ensemble pour montrer qu’ils étaient à leur meilleur niveau.
"

Source FFTA.FR

Fermer Fermer


Formation & programme sportif 2018 - par webmestre le 27/09/2017 14:16

Le comité propose

  • un programme de formation: assistant entraîneur, formation continue pour les entraîneurs, arbitres, entraîneurs 1 & 2
  • un programme sportif: jeunes et adultes compétiteurs

Lire la suite Lire la suite

Le comité propose

  • un programme de formation: assistant entraîneur, formation continue pour les entraîneurs, arbitres, entraîneurs 1 & 2
  • un programme sportif: jeunes et adultes compétiteurs

Fermer Fermer


Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 1 membre
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
5 Abonnés